Nous sommes une compagnie à évocation écossaise et nous tirons notre culture des Highlanders, habitants et guerriers des Highlands ( Hautes terres )

 

Nous arborons les vêtements de la fin du Moyen-age appelés le  plaid (en gélique, le Feileadh Mór, qui signifie grand plaid, porté par les hommes et le Arisaid porté par les femmes), sont en fait une grande pièce de tissu pliée. Une fois habillé, le sonneur peut laisser tomber le tissus derrière (comme ci-dessus), le remonter et le passer par dessus l’épaule gauche et sous le bras droit en le fermant à l’aide d’une fibule ou, s’il pleut, se protéger la tête avec.

 

 D’après certains historiens, l’origine du kilt remonterait aux Vikings qui ont conquis tout le nord de l’Europe, région qui correspond aux lieux où l’on a, par la suite, selon les époques, porté le kilt : Grande-Bretagne, Irlande, Normandie. Ceux-ci portaient en effet un vêtement similaire à celui que l’on connait comme le kilt. Mais cela est une hypothèse qui reste à confirmer

 

Juste avant le Plaid . Il semble ainsi que les habitants des Highlands et des iles Hébrides aient portés longtemps une chemise longue appelée "Leine Crioch", originaire d’Irlande et de couleur Safran, alors que ceux des Lowlands adoptaient une tenue plus proche de celle portée par les anglais depuis l’invasion normande, c'est-à-dire d'inspiration francaise. Les plaids en tartan étaient déjà utilisés à l’époque, mais apparemment portés par-dessus les habits, comme une cape.

 

Et le Kilt dans tout ca …

 

Ironie de l’histoire quand on connaît les relations entre les deux nations, un anglais serait peut-être à l’origine du kilt ! Plus précisément un industriel, Thomas Rawlinson, dans les années 1720. Trouvant le plaid peu pratique pour le travail en usine, il aurait demandé à un tailleur local de séparer le plaid en deux morceaux, le morceau inférieur donnant le kilt. Le kilt, reconnu aujourd’hui comme une tradition des Highlands, serait donc peut-être né de l’adaptation des Highlanders à la Révolution industrielle

 

A savoir qu’après la bataille de Culloden en 1746, les anglais interdisent aux écossais le port des armes, de la cornemuse … et du kilt ! L’interdiction est levée en 1782 et le kilt est alors adopté par l’aristocratie écossaise. À partir du règne du roi Georges IV qui visite l’Écosse en 1822 en portant le kilt (l’Écosse était à la mode à l’époque !), il est même porté régulièrement par la couronne britannique. Aujourd’hui le kilt est reconnu comme le vêtement identitaire écossais et est même devenu, dans une version plus légère et moins authentique, un vêtement de mode. Il est porté dans les grandes occasions : cérémonies, mariages … ou matchs de l’équipe de rugby ou de football d’Écosse !

 

Le tartan, pièce indispensable

 

Le tartan désigne une étoffe de laine utilisée en particulier pour confectionner les kilts, parfois pour des accessoires de mode (sacs, foulards, écharpes, …). Le tartan est tissé en rayures de couleur se croisant à angle droit et qui forment un motif qu’on appelle le sett. Ce sett est la marque d’un clan, d’une famille, d’un lieu géographique, d’une association, c’est sa carte d’identité. Autrefois les colorants utilisés pour confectionner le tartan étaient issus d’ingrédients naturels (lichens, écorces d’arbre, baies, racines, feuilles, …). Chaque clan faisait donc avec les matières premières à sa disposition dans son environnement naturel. Les couleurs d’un clan étaient donc la marque du territoire de ce clan. Mais l’utilisation de colorants synthétiques depuis 1850 a permis l’apparition de teintes plus vives et plus variées.

 

Si le kilt est relativement récent, le tartan, remonte lui en revanche à beaucoup plus loin. Les premiers tartans dateraient peut-être de l’époque romaine. Le plus ancien serait le “sett de Falkirk”, datant du 3ème siècle, retrouvé près du mur d’Antonin. Les tartans sont répertoriés dans le Scottish Register of Tartans qui en recense plus de 7 000. Parmi eux les “clan tartans” sont associés à un clan. Contrairement aux idées reçues, leur port n’est pas restreint aux membres du clan. Seul le tartan Balmoral ne peut être porté que par la famille royale. Les autres sont en vente libre et peuvent être portés par tout un chacun. Il existe également des tartans rattachés à un nom de famille, dont il faut une permission des responsables de cette famille pour les faire tisser, des tartans militaires, qu’il est préférable de ne porter que si l’on fait partie du régiment en question, des “district tartans”, associés à un lieu ou une région (y compris en dehors d’Écosse), des tartans corporatifs ou associatifs propres à un club, une équipe sportive, un restaurant, un hôtel, une chaîne de taxis, etc… Et enfin d’autres tartans “libres” ou “fashion tartan” qui peuvent être portés par n’importe qui.


 

Les accessoires.

 

            Le kilt pin, une épingle fixée dans la partie droite en bas du kilt.

            Le sporran, une bourse plate ou à soufflet portée devant le kilt, pallie l'absence de poche.

             Pour le bas, les kilt hose, des chaussettes en laine, tiennent les mollets au chaud.

              Dans la chaussette on glisse un couteau mince et plat, le sgian duhh ( prononcer " skin dou", le "couteau noir").

 

Un mot sur les armes particulières des Highlanders